BPC40, 2e édition, à l'heure de la campagne électorale !

Ils étaient plus de 400 personnes, de tous âges et venues de toutes les Landes, à prendre place mardi 19 octobre après 19 heures, dans la salle du Maroc de Morcenx pour la soirée de lancement de la campagne du Budget Participatif Citoyen des Landes (BPC40). Des écoliers et des jeunes avaient aussi fait le déplacement, à l'image de Rafael et Esteban, arrivés de Chalosse avec leur maman et repartis avec leur kit de com' sur clé USB.

Objectif pour tous : glaner des trucs et astuces pour mieux faire connaître leurs idées et faire voter pour leur projet, du 2 au 28 novembre prochain (par internet  ou dans les urnes à disposition en mairie, structures départementales, Ehpad, Maisons landaises de solidarité, etc.)

49 projets « jeunes » éligibles

Sur les 550 idées déposées, 281 ont été jugées conformes au règlement et donc éligibles. Parmi elles, 49 concernent des projets « jeunes », sachant qu'il y aura au final 15 projets lauréats menés par des 7-20 ans, un par canton minimum. Montant moyen des projets ? 38 000 €. Et « au moins 30 projets de moins de 15 000 € seront mis en œuvre », a détaillé Sylvie Bergeroo, élue déléguée au BPC40 et à la démocratie participative.

City-park, padel, minibus solidaire, objets connectés pour les seniors, recyclerie, végétalisation d'espaces, patrimoine à restaurer... les 1,5 million d'euros du BPC40 contribueront bien à « améliorer le cadre de vie et le bien-vivre ensemble », a souligné Xavier Fortinon, président du Conseil départemental, tout en appuyant la nécessité de « retrouver la boussole de l'intérêt général ».

La campagne du 2e BPC 40 est donc désormais lancée.

Communication en direct sur le terrain, et sur le web

Parmi les « 10 conseils pour être un bon communicant » : bien cibler les interlocuteurs, ne pas oublier les amis et connaissances « vos premiers ambassadeurs », créer des partenariats en élargissant son cercle à des personnes susceptibles d'être intéressées, aller sur le terrain, raconter son expérience et ce qu'est le BPC40, inciter à voter en expliquant en 2-3 phrases courtes et percutantes l'utilité du projet et les modalités du vote, et rester souriant en toutes circonstances.

« Il va falloir aller à la rencontre des Landaises et des Landais pour convaincre de l'utilité et de la pertinence du projet que vous portez ! Personne n'a la recette miracle, mais il y a deux ou trois fondamentaux. On est là pour vous aider à organiser cette campagne ! » explique Lionel Niedzwiecki, directeur de la Communication du Département.

En plus d'affiches et flyers pour toucher un public large et proche géographiquement, le web, les réseaux sociaux, une signature mail spécial BPC, pourquoi pas une page Facebook ou Instagram, peuvent être d'excellents outils. Arrivés troisième au BPC 2019 avec la transformation à Villeneuve de Marsan d'une ancienne menuiserie en lieu éco-citoyen, Barbara et Olivier y sont aussi allés de leurs conseils à la tribune : « avoir des ambassadeurs qui portent le projet, rappeler les vieux copains, s'appuyer sur les autres projets pour faire voter les gens pour le sien comme il faut valider trois projets au total... Il faut diffuser, diffuser ! Et la communication directe est souvent plus fructueuse que le web ».

A l'issue, les questions ont fusé dans la salle sur qui peut voter (tout le monde à partir de 7 ans, y compris à l'étranger), comment se passe le vote papier (les urnes ne doivent pas bouger, il faut émarger), comment faire voter sur les marchés si on n'a plus de bulletins (directement sur tablette) ou combien de fois peut-on voter sur internet (une seule fois, comme ailleurs!).

Il était alors temps de se ravitailler avant de passer au shooting photo et vidéo devant les affiches « Votez pour nous ! », la carte des Landes ou la thématique du projet, afin de préparer ses premiers outils de campagne.

Tout ne fait donc que commencer. A la fin, tous ne pourront pas gagner. Mais comme l'a rappelé Paul Carrère, maire de Morcenx et conseiller départemental,« on peut aussi l'emporter par ricochet, car même si on perd lors du vote mais que l'idée a du sens, il arrive qu'elle soit reprise par une collectivité, comme ce fut le cas il y a deux ans pour un projet d'écopâturage. Alors, accrochez-vous bien ! »